CalendrierCalendrier  FAQFAQ  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Témoignage muet. // Dagön

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Cole
Je me suis manifesté : 52 fois sur mes : 2 semaines de fonction, soit 0,0384 ans de vie. J'exerce la fonction de : prototype en développement constant et stagiaire et je préfère : boire du thyrium comme si c'etait du capri-sun oue et je dois ma tête à : (c)shiranui

Message(#) Sujet: Témoignage muet. // Dagön Lun 13 Aoû - 14:51


Dagön & Cole
Témoignage muet.


Affaire numéro 6523; cambriolage. Mercredi 3 août 2040, 8:52 AM, domicile des Gray, Queens. Cole avait les yeux clos tandis que l'officier de police qu'il accompagnait conduisait sa voiture de service dans le siège adjacent, dans un silence oscillant entre l'irritation et la gêne. Cet officier n'avait pas l'air d'apprécier les androïdes mais Cole n'avait que faire de ces enfantillages humains. Il avait un travail à réaliser, avec ou sans aide. S'il pensait aux éléments présents pour l'enquête qui, avouons le, étaient encore très éparses et peu utiles, son programme, ou bien son esprit ? vaguabondait de temps à autres vers ses récentes expériences. Les humains étaient curieux. Cela le rendait curieux lui même. Sentiment éloigné de ce qu'un androïde était supposé faire, il supposait. Cole n'en avait aucune idée.

Il sursauta presque lorsque l'officier se leva et claqua la porte derrière lui. L'androïde fronça les sourcils et se redressa avant de sortir à son tour, observant les lieux pendant un court instant. Il s'agissait, comme on le lui avait dit, d'une grande et propre bâtisse d'un des quartiers les plus huppés du Queens. Lorsqu'il s'approcha de la porte en traversant le jardin verdoyant et bien entretenu, Cole ressenti directement le regard mauvais que lui lançait le propriétaire. Ce dernier commença à discuter avec l'officier de façon animée, semblant demander avec aggressivité pourquoi donc un androïde venait-il investiguer sa maison au lieu d'un humain ? Nous n'avions pas besoin d'androïdes pour la police auparavant alors pourquoi était-ce le cas à présent ? L'agent de police qui, Cole avait du mal a le retenir, portait un nom beaucoup trop classique et ennuyeux, répondit à Monsieur Gray qu'il se passerait bien de l'androïde mais qu'il était forcé par son capitaine. Ainsi, selon lui, le propriétaire de la maison ferait beaucoup mieux de se taire et de coopérer afin de ne pas faire entrave a la justice. Si Cole avait été un être humain, il aurait sûrement rit au visage déconfit qu'arborait la victime du cambriolage, mais il se contenta de s'avancer vers eux à son tour.

« Bonjour Monsieur Gray. Puis-je rencontrer les habitants qui étaient présents lors du cambriolage ? » Par ceci, il parlait des témoins, mais il avait appris que les civils humains préféraient que l'on leur parle avec une langue un peu moins soutenue que vous ne le feriez avec un juge par exemple. L'homme fixe l'androïde un instant avant de secouer la tête d'un air fatigué. « La fille est muette. Elle ne vous dira rien. » « Et l'androïde de service qui l'accompagnait ? Je souhaiterais pouvoir analyser sa mémoire. » L'humain soupira et se mit a jouer avec l'alliance à sa main.

Cole l'observait attentivement, se demandant pourquoi le propriétaire de l'androïde affichait-il cette expression alors qu'il parlait de lui. Il décida que ce serait quelque chose à analyser plus tard mais il se dirigea vers le fond du jardin que l'on lui avait pointé. L'androïde, prenommé Dagön, se trouvait la bas.

Il avança entre les buissons et observa l'herbe finement coupée un court instant avant de se pencher pour observer un petit par terre de fleurs. Elles étaient jaunes, fraichement arrosées et brillant sous la lumière trop chaude de ce soleil d'août. Cole se redressa en entendant deux garçons rire d'un air mauvais et il se tourna un instant. Ils ballotaient une petite fille muette sans prendre considération de l'expression de détresse qu'elle arborait en se faisant pousser. L'androïde ne savait pas réellement que faire puisqu'il n'avait jamais vraiment rencontré d'enfants auparavant. Il resta debout en les observant d'un air curieux, cela était-il un comportement normal chez les enfants humains ? Personne ne bougeait réellement pour faire quoi que ce soit alors il assuma que ce jeu était une habitude dans cette famille. Pourtant, il se demanda si l'androïde de la famille Gray était supposé les séparer quand ils devenaient trop violents. Cole tourna un peu pour voir si il l'apercevait aux alentours, mais rien. Il ne devait pourtant pas être bien loin, Monsieur Gray lui avait dit qu'il était dans le jardin. Alors dans le jardin il était certainement.

(c) élissan.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Dagön
Je me suis manifesté : 25 fois sur mes : 2 ans de vie. J'exerce la fonction de : Assistant ménager

Message(#) Sujet: Re: Témoignage muet. // Dagön Lun 13 Aoû - 16:03




  DAGÖN FEAT. COLE
  Témoignage muet



Les grandes vacances étaient l'occasion pour Dagön de passer plus de temps en compagnie de Melodie. Il s'était instauré entre l'androïde et la fillette un climat de confiance, voire de complicité qui ne faisait pas partie de son programme originel. Lentement, à force de nouvelles situations et expériences, Dagön s'éveillait au monde qui l'entourait et commençait à se poser des questions étranges.
Pourquoi Melodie se laissait-elle malmener par ses deux cousins ? De toute évidence, elle n'appréciait pas mais endurait pourtant sans jamais protester de quelque manière que ce soit. Pourquoi ne parlait-elle pas alors que de toute évidence ses cordes vocales étaient en parfait état de fonctionnement ? Pourquoi Melodie était-elle la seule à le traiter comme elle le faisait ? Et était-ce un comportement normal envers un androïde ?
Autant de questions qu'il se posait sans jamais les avoir formulées à haute voix. Il se contentait d'analyser les choses dans l'espoir qu'il finirait par comprendre.
Et ce jour là, un événement nouveau s'était immiscé dans son existence. Dans la nuit, plusieurs objets précieux, appartenant pour la plupart à Mme Gray, avaient été dérobés. Melodie, qui avait souvent du mal à dormir à cause de ses nombreux cauchemars, s'était une fois de plus glissée hors de son lit pour aller trouver Dagön afin qu'il lui lise une histoire. Mais en chemin, elle avait surpris ceux qui étaient entrés en toute discrétion et qui étaient en plein larcin. Plus silencieuse et discrète qu'une souris, elle ne s'était pas faite repérer et était directement aller trouver Dagön. Réveiller son oncle aurait sans doute été plus judicieux mais la fillette avait agit par instinct.
Dagön avait compris qu'il y avait une urgence alors que la fillette l'avait tiré par la manche avec empressement. Quelque chose n'était pas comme d'habitude. En arrivant dans le grand salon, Dagön avait alors aperçu la silhouette de deux hommes encapuchonnés, un sac à dos chacun, chargés des possessions de Victoria Gray.
« Ce sont les affaires de Mme Gray que vous tenez là. Vous êtes entrés sans y avoir été invités, aussi vais-je vous demander de bien vouloir reposer ce que vous avez pris et de bien vouloir partir. »
Les deux hommes s'étaient regardés, avaient pouffé de rire mais, en apercevant la fillette à moitié dissimulée par Dagön et accrochée à lui comme un bébé koala à sa mère, il décidèrent de s'enfuir. Il n'avaient toutefois pas le moins du monde reposé leur butin...
Dagön n'avait jamais reçu la moindre instruction concernant un potentiel vol sur la propriété. Sa seule instruction, lorsque ses propriétaires dormaient, étaient de tout faire pour ne pas les réveiller. Il avait donc attendu le matin avant d'informer Alan Gray du vol. Ce dernier, furieux que Dagön ne l'ait pas réveillé, lui avait passé un sérieux savon. Mais se rendant compte que hurler sur une machine ne menait à rien, il s'était contenté d’appeler la police.

À présent, Dagön était retourné à ses tâches quotidiennes. Le jardin demandait un entretien colossal en été et c'était ce qui lui prenait le plus de temps. Il aperçut la voiture de police garée dans l'allée principale mais cette information ne l'avancerait pas dans le désherbage des lupins et des glycines. Il retourna donc derrière la maison dont le jardin faisait tout le tour de sorte que celle-ci trônait en son exact milieu.
Alors qu'il était dans la petite cabane à outils, en train de sélectionner ce dont il aurait besoin pour l'arrachage des pissenlits, il entendit la clameur des jeux turbulent des deux jeunes garçons. La plupart du temps, il jouaient ensemble sans problème. Mais Dagön commençait à reconnaître les légères différences dans leurs voix lorsque ceux-ci tourmentaient Melodie.
Il posa alors la bêche et les gants qu'il venait de choisir puis il se dirigea à grand pas vers les enfants. À mi-chemin, il se retrouva devant ce qu'il prit tout d'abord pour un policier. Mais la diode située sur sa tempe droite ne laissait aucun doute quant à sa véritable condition.
« Bonjour. » lui adressa-t-il simplement avant de poursuivre son chemin vers les trois enfants.
Cette fois-ci, ils n'avaient rien trouvé de mieux que de glisser des fourmis dans le col de la belle robe bleue de la fillette qui se tortillait pour essayer de les en ôter. En voyant l'androïde se diriger vers aux d'un pas aussi assuré, les deux garçons, ayant sans doute peur qu'il aille répéter à leur père ce qu'ils venaient de faire, tentèrent immédiatement de se justifier.
« C'était juste pour rire... elle avait l'air de beaucoup s'y intéresser alors on s'est dit qu'elle aimerait les voir de plus près. »
« De toute façon les petites bêtes mangent pas les grosses. » ajouta Isaac avec effronterie avant de s'éclipser avec son frère.
Avec une efficacité mécanique, Dagön aida Melodie à se débarrasser des derniers insectes qui couraient sur sa robe, puis il s'agenouilla auprès d'elle.
« Est-ce que tu vas bien ? Elles ne t'ont pas piqué ? »
Les fourmis étaient petites, certes, mais elles avaient tendance à libérer de l'acide formique sur quiconque les provoquait. Et être déplacées ainsi sur un être bien plus grand qu'eux était un motif suffisant pour les énerver.
La fillette fit non de la tête et enlaça Dagön avant de lui déposer un baiser sur la joue. Elle releva alors la tête vers une ombre qui se porta sur eux. L'androïde policier était là et semblait s'intéresser de près à eux.
« Puis-je vous aider ? » demanda machinalement Dagön en se redressant, Melodie accrochée à son bras.



Codage by Amphipterya
Revenir en haut Aller en bas
 
Témoignage muet. // Dagön
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [AIDE] HD2 muet sauf avec écouteurs
» LA GUERRE EST DECLAREE DANS MON CORPS de Audrey Mamet (témoignage)
» Sourd et muet
» Nouveau site avec témoignage-récit inédit (je crois...)
» témoignage d'illustrateur/trice après leur formation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New York 2040 :: New York :: Queens :: Logements-
Sauter vers: